Actualités & Événements

Répartition des parts des cofondateurs dans les startups

29/09/2021

Le point de vue d’un avocat spécialisé dans les startups sur la manière d’allouer les fonds propres

Les querelles entre groupes de rock sont généralement les premiers conflits de cofondateurs auxquels nous sommes confrontés dans la vie. Mais la scission de Take That, celle des Beatles ou la séparation des frères Oasis ne sont que la partie émergée de l’iceberg : De nombreux fondateurs de startups se battent aussi longuement et durement pour le capital de leur entreprise, et la seule raison pour laquelle il n’y a pas tant d’exemples publics est que les conflits entre cofondateurs tuent souvent une startup avant d’attirer l’attention. En tant qu’avocats spécialisés dans les startups, nous n’accompagnons pas seulement les entrepreneurs dans les premiers stades de l’entreprise, mais nous sommes également présents lorsque des conflits surviennent.

Dans ce blog post, nous vous ferons part de notre point de vue sur les aspects économiques et psychologiques de la division du capital d’une startup, sur les raisons pour lesquelles vous devriez en discuter en profondeur avec vos cofondateurs, sur les sujets à aborder, sur la manière d’en parler et sur les accords juridiques dont vous avez besoin.

1 L’économie de la répartition des parts des cofondateurs

Une startup est une unité économique dont la sortie est fonction de son entrée. Les intrants sont le capital, la main-d’œuvre et les « biens incorporels » tels que la technologie, le savoir-faire, le réseau, etc. qui améliorent la productivité du travail et du capital.

Lors de la répartition des parts, les fondateurs conviennent essentiellement de la valeur relative du capital, du travail et de la propriété intellectuelle que chacun d’entre eux apporte à l’entreprise. Les facteurs typiques de la valeur sont :

  • Labor: This is simply the time spent with the startup timLe travail : Il s’agit simplement du temps passé avec la startup multiplié par la valeur de ce temps. La valeur du temps de chaque fondateur dépend principalement de son expérience en matière de création d’entreprise et de son expertise sectorielle.
  • Le capital : Les espèces ou équivalents d’espèces qu’un fondateur apporte.
  • IP : Qu’il s’agisse d’un réseau dans l’industrie ou du fait d’avoir eu l’idée, tout ce qui ne peut être reflété de manière appropriée dans la catégorie du travail ou du capital peut être ajouté ici.

Cela peut se présenter comme suit :

Allocation d’actions d’une startup tech :

FondateurTravailCapitalIPTotalActions en %
Alice (développeur junior, travaille à 100%, a eu l’idée et a écrit le code du prototype)350’0000100’000450’00045%
Bob (trois exits antérieurs, travaille à 10 % comme conseiller, apporte un capital de départ et un réseau).50’00050’00050’000150’00015%
Eve (développeur junior, travaille à 100%, a aidé avec le code pour le prototype)350’000050’000400’00040%

S’il est facile d’inventer des chiffres, il est souvent très difficile d’évaluer objectivement les contributions, non seulement d’un point de vue économique mais aussi d’un point de vue psychologique.

2 La psychologie de la répartition des parts des cofondateurs

De nombreux aspects émotionnels et psychologiques entrent en jeu lorsque vous discutez de la répartition des parts avec vos cofondateurs. Les sophismes que nous observons le plus souvent dans la pratique – sans prétendre à l’exactitude scientifique – sont les suivants :

  • Évitement / procrastination : Parler d’argent et de pouvoir est difficile et inconfortable, surtout lorsqu’il existe une relation personnelle préexistante entre les cofondateurs. Comme pour tout ce qui est difficile et inconfortable, nous avons tendance à l’éviter ou à le remettre à plus tard, en espérant que le problème ne se posera jamais ou ne se résoudra jamais. Cependant, le fait de parler ouvertement de la répartition des parts permet d’éviter des problèmes ultérieurs et constitue un excellent moyen de découvrir comment vos cofondateurs gèrent les situations difficiles.
  • Biais d’excès de confiance: Il est notoirement difficile d’évaluer objectivement ses propres compétences et sa propre valeur, et nous avons tendance à faire preuve d’un excès de confiance : Que ce soit à l’université avec vos colocataires, où chacun est convaincu de faire la vaisselle plus que les autres, ou sur la route, où une étude américaine montre que 93 % des conducteurs américains se considèrent comme supérieurs à la moyenne. Ainsi, lorsque vous discutez de la répartition de l’équité, sachez que vous surestimez très probablement votre propre valeur et sous-estimez la contribution des autres. En outre, obtenir l’avis d’un tiers indépendant (pas votre meilleur ami ou partenaire) peut vous aider à vérifier votre propre position de négociation.
  • Privation relative / équité : En principe, chaque fondateur devrait principalement se préoccuper de savoir si les parts reçus représentent une compensation appropriée pour sa contribution et son risque. Toutefois, la recherche sur la pauvreté montre que notre bonheur dépend non seulement de ce que nous avons en termes absolus, mais aussi de ce que nous avons par rapport à nos pairs. Le partage doit donc non seulement être une bonne affaire pour chaque cofondateur en termes absolus, mais il doit aussi être équitable en termes relatifs.

Le problème le plus important et le plus courant est que les cofondateurs n’abordent tout simplement pas la question de la répartition de la participation des cofondateurs parce qu’elle est inconfortable et difficile, ou qu’ils supposent à tort que tout est déjà clair. N’évitez pas le sujet et ne faites pas d’hypothèses sur les attentes des autres. Discutez en profondeur de la répartition des parts et acceptez le fait que la discussion sera probablement difficile. Cela améliorera considérablement vos chances de réussite – ou vous réaliserez que vos cofondateurs sont incompatibles, ce qui vous permettra d’échouer rapidement et de passer à autre chose.

3 Approches communes et meilleures pratiques pour le fractionnement d’actions

3.1 Pourquoi la répartition égale est un mauvais signe

En ce qui concerne la méthode utilisée, il existe essentiellement deux approches communes :

  • Le partage égal : L’accord 50/50 est rapide et simple et, selon le gourou des startups de la Harvard Business School, Noah Wassermann, la solution pour laquelle optent la plupart des cofondateurs. Cependant, c’est aussi la méthode la plus couramment utilisée dans les équipes qui ne discutent pas en profondeur de la répartition, et la même étude montre que les startups dont la répartition est égale sont trois fois plus malheureuses que celles dont la répartition est inégale.
  • Fractionnement basé sur des calculs de valeur : Il existe de nombreuses méthodes de calcul différentes, mais elles reposent toutes sur le même principe : les cofondateurs conviennent d’une évaluation de la contribution de chacun d’entre eux et répartissent les parts sur la base de cette évaluation. Si les détails des méthodes varient considérablement, l’essentiel est que les cofondateurs conviennent d’un partage sur la base d’une discussion approfondie.

La question la plus importante n’est pas de savoir quelle méthode vous choisissez, mais si vous avez choisi la méthode sur la base d’une discussion approfondie avec votre équipe.

3.2 Ce qu’il faut décider

Outre la méthode à utiliser et la répartition initiale du capital, de nombreux autres sujets doivent être abordés. En fait, éviter un jeu à somme nulle autour de qui obtient combien d’actions en élargissant la négociation à d’autres points peut être un excellent outil pour trouver un compromis. Les sujets importants à aborder sont les suivants :

  • Justification de la répartition : Ne vous mettez pas seulement d’accord sur un chiffre, mais aussi sur la raison pour laquelle ce chiffre a du sens. Les investisseurs posent souvent des questions à ce sujet et assurez-vous que vous avez une logique solide derrière la répartition.
  • Changements futurs : La répartition initiale est basée sur les hypothèses actuelles. Celles-ci peuvent changer, alors intégrez des mécanismes pour savoir comment gérer le changement. Tout le monde est enthousiaste à l’idée de créer une nouvelle entreprise le premier jour, mais peu de gens ont le courage d’y aller à fond après deux ans de nouilles Ramen et de semaines de travail de 80 heures. Il faut donc s’entendre sur ce qui se passera si quelqu’un part ou réduit son engagement.
  • Titres, rôles et responsabilités : Les titres ont de l’importance, alors discutez de qui sera président du conseil d’administration, CEO, CTO, et qui aura quelles responsabilités et quels pouvoirs de décision.

3.3 Comment parler de la répartition des parts ?

Parler de la répartition des parts entre les fondateurs peut être aussi inconfortable que de convenir d’un contrat de mariage avant de se marier : Mais comme dans le mariage, la communication dans la relation avec vos cofondateurs est essentielle, et la structure d’argent et de pouvoir un élément essentiel de votre relation. Notre expérience le montre :

  • Parlez-en : Comme pour toute conversation inconfortable, il n’y a pas de bon moment, alors faites-le dès que possible. Ceci est d’autant plus vrai si vous êtes amis. Vous pouvez également utiliser une pression extérieure pour lancer la conversation (par exemple, « notre avocat a dit que nous devions nous mettre d’accord sur un accord de cofondateurs »).
  • Soyez ouvert et conscient du biais de l’excès de confiance : Essayez d’être aussi honnête et objectif que possible sur la valeur de votre propre travail et appréciez le travail des autres. Lorsque vous parlez de la valeur de la contribution des autres, veillez à ne pas utiliser un langage désobligeant (« votre contribution est bonne, mais… ») car cela peut rapidement devenir émotionnel.
  • Acceptez que les discussions puissent échouer : Lancer une startup ensemble est un engagement important, alors assurez-vous que vous voulez vraiment passer la majorité de vos heures de veille avec vos cofondateurs. La discussion sur la répartition des parts est un excellent moyen de voir si vos cofondateurs gèrent une discussion difficile avec maturité émotionnelle et sens des affaires. Plus vite vous vous apercevrez que ce n’est pas le cas, mieux ce sera – échouer rapidement est une vertu.
  • Élargissez le champ de bataille : Un grand négociateur trouve des zones de compromis et évite un jeu à somme nulle. La répartition des parts n’est qu’une question à discuter, il faut donc inclure les titres (CEO, président du conseil d’administration, etc.), la rémunération en espèces, la dénomination de la société ou les droits de décision.
  • Ne surévaluez pas l’idée : L’idée a rarement beaucoup de valeur en soi et il y a probablement beaucoup d’autres personnes qui ont eu la même idée. En fin de compte, tout est une question d’exécution.

3.4 Accord des cofondateurs et accord des actionnaires

Un avocat spécialisé dans les startups ou même simplement un bon modèle d’accord entre cofondateurs peut être un excellent moyen d’entamer la discussion et de s’assurer que vous n’oubliez pas un point important. Il existe deux types d’accords utilisés en fonction du moment :

  • Accord de cofondateurs : Avant de constituer votre startup en société, un accord de cofondateur permet de définir les points clés et de s’assurer que toute la propriété intellectuelle, comme les logiciels, créée avant la constitution de l’entité juridique sera dévolue à la société.
  • Convention d’actionnaires : Une fois constitué, le pacte d’actionnaires est le document clé pour la structure financière et de pouvoir de votre startup. Outre la répartition des parts, la convention d’actionnaires contient surtout les mécanismes qui s’appliquent à des événements spécifiques : Ce qui se passe si un actionnaire quitte la société (droits d’achat), si un actionnaire souhaite vendre (droit de premier refus et tag-along), si une majorité d’actionnaires souhaite vendre (drag-along), etc..

4 Conclusion

Que vous soyez une rock star ou un entrepreneur, les conflits entre cofondateurs font partie des causes d’échec les plus courantes. La répartition des parts est particulièrement susceptible de provoquer des débats et, bien qu’il n’existe pas de méthode garantie pour éviter un conflit, discuter en profondeur de la répartition avec vos cofondateurs est l’un des meilleurs moyens d’atténuer les risques.

Christian Meisser

By Christian Meisser

lic. iur., MBA

Related

Allons-y !

Réservez un appel de découverte gratuit pour discuter de la manière dont nous pouvons vous aider à atteindre vos objectifs commerciaux.

Ou n’hésitez pas à nous contacter directement par courrier électronique à l’adresse contact@lexr.ch.

Réservez votre appel gratuit